Deux ans d’attente pour le retour des tortues marines à Pratas

(By Central News Agency)

PRATAS (Taiwan News) - Pratas est l’unique site important pour la nidification des tortues de mer. L’administration du bureau de la gestion marine (海洋管理處) a déclaré que le personnel de la station de l’îles Dongsha (東沙管理站駐島人員) a remarqué au mois de juin, au moins deux fois les traces des tortues de mer sur la plage lors de la pondaison dont l’emplacement des trous à l’extrémité des arbustes et de la plage sont visibles. Une bonne nouvelle attendue durant deux ans après la dernière pondaison enregistrée, a dit le reportage.

C’est le 10 juin que le personnel de l’île a repéré les sables rampés par les tortues de mer sur la plage au nord de l’île. En fin de juin, c’est la deuxième fois qu’ils ont repéré leurs traces. Et la plus longue empreinte laissée sur la plage est d’environ 120 mètres qui glisse jusqu’à proximité de la végétation et de la plage où ils ont découvert différents trous de toutes les tailles. Ils ont remarqué que dans l’un des trous trouvés sur la plage, il paraît qu’il y a des œufs pondus dedans et cela fait déjà deux ans que les tortues de mer ne sont pas venus sur cette plage pour la pondaison, a dit l’administration nationale du parc marine.

Aux alentours de l’espace maritime de Pratas se trouvent de riches récifs coralliens et des écosystèmes d'algues marines et sur la terre, une grande accumulation de plage de sable formé par les coraux, ce qui offre aux tortues un riche environnement écologique pour un habitat confortable. De plus, les ressources en nourriture et les sites de reproduction sont idéaux pour la vie des tortues de mer. Par conséquent, l'île Dongsha et l’espace maritime que cette île a , était l’origine de la place de reproduction et des aliments des tortues vertes et des carets.

Selon Wikipédia, les tortues marines sont les tortues de la superfamille des Chelonioidea. Elles sont présentes dans tous les océans du monde à l'exception de l'océan Arctique. Ces espèces sont toutes vulnérables ou menacées. Elles font localement l'objet de protection ou de plan de restauration, mais la pollution, le braconnage et les prises accidentelles par engins de pêche restent des causes préoccupantes de recul de populations, déjà très relictuelles.