Cas de biodiversité dans les champs de riz sur l’annuel d’IPSI 2017

Satoyama à Hualien (By Central News Agency)

TAIPEI (Taiwan News) - Le cas de «la diversité des espèces d'indicateurs et de promouvoir la recherche et le développement des champs de riz de l'agriculture biologique dans l'est de Taiwan» (台灣東部水稻田農業生物多樣性指標物種研發與推動) de la station d'extension et de la recherche agricole du district de Hualien (花蓮農改場) a été incorporé dans l’annuel de «Satoyama Initiative Thematic Review » de cette année, une des publications de l’Atelier mondial sur l’Initiative Satoyama (The International Partnership for the Satoyama Initiative, IPSI).

Après la «Conversion des parasites en alliés dans la culture du thé - un cas de SEPL à Hualien» publié dans le premier numéro en 2015 de l’Atelier mondial, et «les concepts Initiative adapter Satoyama au contexte national et local: une étude de cas de la processus de planification concertée d'un paysage rizière culturel dans une communauté indigène, Taiwan» en 2016, c’est le troisième cas de Taiwan qui est rentré dans la publication annuelle, «Satoyama Initiative Thematic Review » , dont le titre de cette année est «les moyens de subsistance et les paysages de production socio-écologique et le paysage marin». Un des 10 meilleurs cas qui sont rentrés dans la nouvelle publication annuelle de l’Atelier mondial où assistent plus de 200 membres, selon le communiqué du site officiel de la station d'extension et de la recherche agricole du district de Hualien.

Le directeur de la station d'extension et de la recherche agricole du district de Hualien, Melinda Fan (范美玲) a dit qu’après trois ans de recherches et d’investigations sur la diversité des espèces animaux dans les champs de riz, nous avons observé deux insectes qui sont sensibles aux pesticides qui sont la babouk (Heteropoda venatoria, une espèce d’araignées aranéomorphes) et la coccinelle (Micraspis discolor) dont ils sont devenus des espèces d’indicateurs pour l’enrichissement de la diversité du système écologique du champs.

Selon l’«Intiative Satoyama», «les paysages de production socio-écologiques» sont des mosaïques dynamiques d’habitats et d’utilisation des terres que les interactions entre les peuples et la nature ont façonnées au fil des années de façon à conserver la biodiversité et à fournir aux êtres humains des biens et des services nécessaires à leur bien-être.

la coccinelle (Micraspis discolor)

la coccinelle (Micraspis discolor) ( Photo / CNA )